Actualités

03 novembre 2016

Remise des Prix concours régional de l’Entrepreneuriat au féminin

Le 1er Juillet dernier avait lieu la remise des Prix du concours régional de l’Entrepreneuriat au féminin, lancé par Centre Actif.
La CRESS Centre-Val de Loire, partenaire de l’évènement, est partie à la rencontre d’Anne-Lucie Clausse, directrice de l’association SOLen à Bourges et lauréate de la catégorie « J’entreprends autrement ».

 

Madame Clausse, pouvez-vous nous retracer votre parcours en quelques mots ?

J’ai été directrice de l’enseignement supérieur et de la formation au sein de la CCI du Cher. J’ai créé et dirigé une école d’ingénieur, dirigé une école de communication et de marketing pendant plus de 20 ans. J’ai toujours porté les parcours des  autres ! J’ai toujours eu l’habitude de  « faire »  pour les autres.

 

Pourquoi vous, en tant que femme, vous avez eu envie de participer à ce concours ?

J’accompagne aujourd’hui les femmes dans leur projet d’entreprenariat. On sait bien que, culturellement, psychologiquement et sociologiquement, ce n’est pas toujours facile. Et ce, quel que soit l’âge et quel que soit le milieu. Il y a des moments dans la vie d’une femme où il faut oser y aller. Et j’avais envie de le dire. De montrer qu’il fallait se lancer et que ça procure du bonheur. Que c’est quelque chose de positif pour soi et pour les autres. Je pense que, lorsque l’on entreprend et qu’on le fait avec joie, on rayonne. On a quelque chose qui peut aussi aider les autres.

De plus, des évènements comme aujourd’hui sont des évènements emblématiques pour les femmes. Il faut qu’elles puissent voir que c’est possible d’entreprendre en tant que femme. Et ça peut aussi aider à se lancer.

Vous êtes la première lauréate de la catégorie « Entreprendre autrement ». Comment accueillez-vous cette nouvelle ?

Tout d’abord, je voudrais dire que, même s’il y a un classement, je peux vous assurer que j’ai rencontré les deux autres lauréates et elles sont super ! En ce qui concerne ce Prix, je suis absolument ravie de cette récompense et satisfaite d’apporter 1500 euros à mon association. C’est important, d’autant plus que j’ai encore beaucoup de projets à développer. Cela va servir également pour nos couvées. On va leur annoncer la bonne nouvelle et leur dire que ce Prix, on l’a toutes gagné !

 

D’où est née l’idée de créer SOLEN ?

Il y a eu plusieurs étapes. Je suis partie de la CCI un peu avant la retraite et j’ai créé une entreprise qui s’appelle AL Conseil où je mets en relation le monde de l’éducation et celui de l’entreprise car je pense que le développement économique doit passer par ces acteurs clés qui travaillent ensemble.

Comme je suis berrichonne et fière de l’être, j’ai voulu faire quelque chose dans mon territoire. J’ai donc créé un centre de ressources dédié à l’entreprenariat au féminin qui s’appelle SOL’EN.  Cela signifie « Service d’Optimisation et de Lancement pour l’Entreprenariat afin d’aider les femmes à entreprendre que ce soit au niveau de la création d’entreprise ou entreprendre dans leur vie professionnelle et sociale et prendre des responsabilités électives et des mandats.

M’occupant des femmes qui voulaient créer une entreprise, je me suis aperçue qu’il n’y avait pas de couveuse d’entreprise dans le Cher. C’est là que j’ai fait une étude, qui m’a permis de rencontrer plus de 50 personnes et j’ai ouvert ma couveuse d’entreprise en octobre 2013. Les premiers couvés sont arrivés en décembre 2013. Aujourd’hui il y en a une quarantaine en moyenne. Pour l’instant, tous ceux qui sont sortis ont soit créé leur entreprise ou retrouvé un job en CDI.

Notre but c’est de faire qu’il n’y ait pas d’échec.  C’est-à-dire que, soit ils créent leur entreprise, soit ils se rendent compte que ce n’est pas possible et dans ce cas on évite la défaillance. On fait un Certificat d’Acquisition des Compétences en couveuse. Car, de fait, ils ont été chefs d’entreprise même si c’était sous couveuse. Cela améliore le CV et permet le retour à l’activité. J’ai un partenariat avec Pôle Emploi dans ce cadre et, pour le moment, je peux dire que ça fonctionne plutôt bien.

 

Pour vous, que signifie « entreprendre autrement » ?

Entreprendre autrement c’est une dynamique d’amélioration continue quel que soit le projet. C’est aussi se sentir utile et privilégier le bien commun au développement personnel.

 

Vous parliez de développer des projets. Pouvez-vous nous en dire plus ?

J’ai installé un club d’entreprises partenaires à côté de ma couveuse qui est composé des plus grandes entreprises du Cher. Comme je voulais qu’ils puissent travailler de manière fluide et agile avec les entrepreneurs à l’essai que je couvais, j’ai imaginé la création d’une plateforme collaborative numérique qui va permettre à tout le monde de se rapprocher avec également l’Université d’Orléans et l’Insa Centre-Val de Loire. De cette façon,  tout le monde va se fédérer et se rapprocher autour d’un projet de développement collectif du territoire.