cresscentre.org

Accueil Lire toutes les actualités Interview Harold Huwart : "l'ESS est l'un des piliers de l'économie régionale"
Interview Harold Huwart : "l'ESS est l'un des piliers de l'économie régionale"
Mercredi, 06 Avril 2016 08:08

La CRESS Centre-Val de Loire a rencontré Harold Huwart, vice-président de la Région, en charge de l'économie, de l'agriculture et de l'ESS qui nous en dit plus sur le forum de l'ESS.

Pourquoi avoir décidé de mettre en place des Etats Généraux ? Quels en sont les enjeux ?

Les Etats généraux sont nés de la volonté de refonder une nouvelle politique économique régionale car, avec la Loi Notre, la Région qui était auparavant l’un des acteurs économiques du territoire, devient le responsable principal, voire exclusif, du développement économique de l’ensemble du territoire.

Il y a des compétences économiques que  nous reprenons des départements, il y a une nouvelle répartition de compétences avec les agglomérations, les intercommunalités, et donc il y a la nécessité de remettre à plat tous nos moyens d’action, pour que la Région se dote des outils qui sont à la hauteur de son ambition économique.

La Région a la possibilité de le faire via une démarche participative qui mobilise l’ensemble des acteurs. Notre objectif est de leur donner la parole pour faire remonter le maximum de réactions, de propositions, pour pouvoir engager le mandat qui vient sur de bons rails et en faisant les bons choix. On envoie aux participants, par voie dématérialisée et en entrée de forum, un livret du participant avec des pistes d’évolution, des questions. L’idée, c’est que chaque participant n’entre pas dans les Etats généraux en se demandant ce qu’il va entendre mais en sachant à l’avance ce qu’il peut dire. Tout ce que l’on a préparé, ces questions, ces formats, qui donnent déjà des évolutions, qui mettent sur la table des propositions, permet à chaque participant de s’exprimer et d’agir.

 

Parmi les 6 forums, on retrouve un forum transversal sur l’Economie Sociale et Solidaire. Quelles sont vos ambitions pour cette économie ?

On a voulu donner une place particulière à l’économie sociale et solidaire parce que c’est l’un des piliers de l’économie régionale qui est, au moins, aussi important que les autres secteurs car c’est aussi au cœur de nos valeurs et de notre engagement. Notre ambition, en matière d’économie sociale et solidaire, c’est de faire en sorte que l’on puisse tirer toutes les conséquences de la loi de 2014 en termes de positionnement des acteurs, de la CRESS, d’animations du réseau sur l’ensemble de la Région et d’évolutions de nos outils et de nos dispositifs d’aides en direction de ce secteur. On a des choix structurants à faire dans tous les secteurs, dans l’industrie, sur les services, dans l’agriculture, mais aussi  sur le secteur des acteurs mutualistes et de l’ensemble de l’ESS.

 

Vous êtes vice-président en charge de l’économie, de l’agriculture et de l’économie sociale et solidaire. En quoi, selon vous, l’Economie Sociale et Solidaire est-elle une « économie d’avenir » ?

C’est une économie d’avenir car elle est créatrice de valeurs humaines, de capital humain et d’emplois non délocalisables et parce qu’elle est aussi porteuse d’innovations, notamment à travers le dynamisme de toutes les entreprises et de tous les acteurs économiques qui la font vivre et qui portent un autre modèle de développement économique. Ce qui nous permet d’envisager l’avenir autrement et de faire émerger des solutions nouvelles.

 

Qui peut participer aux Etats Généraux ?

Tout le monde peut participer, il suffit de s’inscrire sur le site internet qui a été mis sur le portail de la Région. Ceci inclut tous les acteurs de l’ESS, toutes les entreprises qui ont reçu l’invitation, les associations, ainsi que les partenaires sociaux et même des particuliers.

 

Jusqu’à quand peut-on s’inscrire ?

Jusqu’au dernier moment. Mais, mieux vaut s’inscrire en avance pour recevoir les documents qui permettent de préparer le travail, d’éclaircir les idées et d’arriver avec tous les documents afin de commencer à travailler et aussi avoir le temps de consulter autour de soi et d’arriver le jour J avec des propositions construites. Cela nous sera très utile, étant donné que l’on a la volonté d’aller le plus loin possible dans les évolutions et de construire une politique économique régionale la plus innovante et la plus nouvelle possible.

 

Comment peut-on apporter sa contribution ? Quelle forme doit-elle prendre ?

Certaines personnes ne pourront pas participer aux forums thématiques à cause de la distance ou car le temps de parole qui leur sera réservé ne leur permettra pas d’aller dans le détail de ce qu’ils ont envie de dire. Ces personnes ont la possibilité de mettre leurs propositions sous forme libre et avec le souci d’être le plus concret possible de façon à avoir le maximum de chances que leur proposition soit étudiée et prise en compte. Ce que l’on recherche, ce sont des réactions et des propositions concrètes. L’enjeu, c’est de préparer le schéma de développement économique que la loi oblige le Conseil Régional à faire voter en décembre. Pour nous, ce n’est pas simplement une obligation légale, on veut  en faire un exercice de mobilisation de l’ensemble des acteurs. Plus on aura de réactions et de propositions précises et plus on sera à même de faire évoluer les choses.

 

Comment voyez-vous l’articulation de ce forum avec la Conférence Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire ?

Les états généraux interviennent très en amont, dans une phase de réflexion, alors que la conférence ESS, qui interviendra plus tard, sera consultée sur le schéma lui-même et sur le résultat du travail que l’on engagera à partir du forum et des questions des participants. D’un côté, il y a une forme de débat participatif. De l’autre, on prendra le temps de travailler avec les CRESS et les différents acteurs de chaque filière, ce qui aboutira sur une consultation finale en conférence sur le projet de schéma et sur les résultats des états généraux avec, là, les décisions que la Région aura prises sur l’ensemble des sujets.

 

Le mot de la fin ?

L’idée générale c’est que l’on n’organise pas ces forums pour le plaisir du débat mais vraiment parce que François Bonneau a la volonté de remettre à plat le maximum de choses, de rouvrir les dossiers et de rebâtir quelque chose de nouveau, qui soit à la hauteur du rôle nouveau de la Région.

 

Inscription Newsletter

Evénements

Partenaires :

 

 


Contact :cresscentre.org - 6 Ter rue Abbé Pasty - BP 41 223 - 45401 - Fleury les Aubrais
Portail des acteurs de l'Economie Sociale et Solidaire, réalisé par l'agence de création Tomate